La transition d’un mode de vie rural actif vers un mode de vie urbain plus sédentaire est achevée dans les pays occidentaux, il n’est donc plus possible de l’étudier. On peut rendre hommage aux deux travaux qui sont présentés ici car ils explorent l’impact de ce changement en cours dans deux pays africains.

D’une part au Cameroun où l’analyse précise du microbiote dans 3 populations plus ou moins urbanisées, associée au recueil détaillé de nombreux paramètres démographiques et nutritionnels, permet de révéler l’impact de cette transition. De façon très originale, l’analyse des micro-oganismes va montrer si ces changements environnementaux ont modifié leur patrimoine génétique.

D’autre part, l’étude au Sénégal portant sur la population peule en phase de sédentarisation est une approche plus centrée sur les changements nutritionnels et l’activité physique. Elle devrait aussi beaucoup contribuer à la compréhension de l’impact de cette transition sur les modes de vie.