Obesity associated with a mutation in a genetic regulator of adipocyte differentiation.
RISTOW M. et al. The New England Journal of Medecine : 1998; 339 : 953-959.

 

 

Si l’origine génétique de l’obésité devient une évidence, très peu de gènes impliqués ont été caractérisés. Le facteur de transcription PPAR gamma2 (Peroxisome Proliferator Activated Receptor) joue un rôle clé dans la différenciation adipocytaire et l’accumulation des triglycérides. Physiologiquement son activité peut est réduite par phosphorylation de la sérine en position 114. Des mutations dans le gène codant pour ce facteur pourraient prédisposer à l’obésité : en particulier des mutations au niveau ou à proximité de ce site de phosphorylation.

Sur 358 sujets adultes sélectionnés, 121 étaient obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 29. Aucune mutation n’a été trouvée au niveau de la sérine 114 mais chez quatre des sujets obèses, une mutation entraînant la conversion de la proline en glutamine en position 115 a été identifiée (Pro115Gln).

L’association de la mutation avec l’obésité est significative (p=0,01). Trois des quatre sujets portant la mutation sont diabétiques de type 2 mais surtout les quatre sujets porteurs de cette mutation ont un IMC entre 37,9 et 47,3, ce qui est beaucoup plus important que la moyenne des 117 autres obèses sélectionnés (IMC=33,6). Enfin, aucun des 237 sujets normo-pondéraux n’était porteur de cette mutation.

L’analyse in vitro montre que la mutation Pro115Gln tout comme la mutation artificielle de la sérine en alanine en position 114 augmente l’activité de PPAR gamma2 : elle bloque la phosphorylation au niveau de la sérine 114 et accélère la différenciation adipocytaire. Si la taille de l’échantillon étudié permet d’estimer qu’environ 3% des sujets obèses sont porteurs de cette mutation, des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer la prévalence de cette mutation dans d’autres populations et dans les obésités familiales.