Probiotics for prevention of necrotising enterocolitis in preterm neonates with very low birthweight : a systematic review of randomized controlled trials.
Deshpande G. et al, Lancet 2007 ; 369 : 1614-1620

 

Les prématurés, surtout d’un poids inférieur à 1500 g, sont particulièrement vulnérables au risque d’entérocolite nécrosante. Le taux demortalité lié à cette pathologie est de 15 à 30%.
Ses causes sont multifactorielles, mais la composante infectieuse semble importante. L’immaturité des défenses et de la muqueuse digestive favorisent ce risque infectieux.

 

Une équipe de pédiatres australiens a réalisé une méta-analyse de sept études randomisées contre placebo sur l’effet des probiotiques sur ces entérocolites nécrosantes chez les prématurés pesant moins de 1500 g. La supplémentation par différentes souches de probiotiques a débuté dans les dix jours après la naissance et a duré au minimum sept jours. Par rapport au groupe placebo, elle a permis de diminuer le risque relatif d’entérocolite nécrosante à 0,36.

 

Le risque de sepsis n’est pas significativement différent. Par contre, la mortalité due à ces infections diminue : le risque relatif dans le groupe probiotique descend à 0,47, et ce d’autant plus que le traitement est instauré précocement. Les auteurs restent prudents quant à l’interprétation de leurs résultats, car les souches sont très variées et différentes. Cependant, les biologistes ont montré que les probiotiques induisent chez les prématurés une maturation des fonctions intestinales, réduisent la croissance et l’adhésion de micro-organismes pathogènes. Ceci pourrait expliquer l’amélioration de cette pathologie grâce à une approche naturelle et non invasive.