Trends in the incidence of coronary heart disease and changes in diet and lifestyle in women. HU F.B. et al., N. Engl. J. Med., 2000 ; 343 : 530-537.

 

Durant les trente dernières années, la mortalité par infarctus du myocarde a considérablement diminué, dans les pays développés. Les causes de cette diminution ne sont pas encore bien cernées : baisse de l’incidence de l’infarctus du myocarde, meilleure survie après l’infarctus ? Les auteurs de cette étude ont utilisé les données de la Nurses’ Health Study pour étudier longitudinalement, sur une même population de femmes, l’évolution de l’incidence de l’infarctus du myocarde et celle du mode de vie.

 

85 941 femmes initialement indemnes de cancer et de pathologies cardiovasculaires ont ainsi été suivies de 1980 à 1994, avec un recueil régulier de leurs habitudes alimentaires et de facteurs non alimentaires de risque cardiovasculaire (tabagisme, ménopause, poids, traitement hormonal substitutif). L’âge de ces femmes à l’inclusion dans l’étude variait entre 34 et 59 ans.

 

Pendant les 14 ans de suivi, 1 304 infarctus du myocarde (946 non mortels et 358 mortels) sont survenus. Après ajustement pour l’âge, l’incidence de l’infarctus du myocarde dans cette population a diminué de 31% entre 1980 et 1994.

 

Pendant cette même période, la proportion de fumeuses a diminué de 41 %, celle des femmes suivant un traitement hormonal substitutif a augmenté de 175% et celle des femmes en surpoids (IMC = 25kg / (m)2) a augmenté de 38%. L’alimentation s’est aussi considérablement améliorée avec notamment une augmentation statistiquement significative des apports en fibres, folates et acides gras polyinsaturés.

 

L’ensemble de ces modifications du mode de vie expliquait 68% de la diminution du nombre d’infarctus du myocarde. Cette diminution aurait été plus nette si les modifications favorables du mode de vie n’avait pas été partiellement contre-balancées par l’augmentation du nombre de femmes en surpoids.

 

Les modifications du mode de vie habituellement préconisées pour prévenir l’infarctus du myocarde semblent donc efficaces, tout du moins chez les femmes… anglo- saxonnes et infirmières.