Lifestyle intervention in obese children with non-alcoholic fatty liver disease: 2-year follow-up study Reinehr T et al. Arch Dis Child 2009 ; 94 : 437-442

 

La stéatose hépatique (NAFLD ou non alcoholic fatty liver disease) est la cause la plus fréquente d’atteinte hépatique chez l’obèse avec un risque de cirrhose à plus ou moins long terme. Sa fréquence est estimée entre 20% et 77% des sujets selon les cohortes. La perte de poids reste la meilleure arme thérapeutique à ce jour en raison de l’inefficacité des médicaments testés tels que l’acide ursodésoxycholique. Cependant, il existe très peu d’études longitudinales d’intervention ayant évalué l’effet bénéfique de la perte de poids et sa persistance à long terme. Reinehr et al ont décrit récemment les résultats à deux ans d’une étude d’intervention chez 109 enfants obèses ayant une stéatose hépatique à l’échographie. Le programme d’intervention comportait une promotion de l’activité physique, de l’équilibre alimentaire et une thérapie comportementale durant un an. Un groupe de 43 enfants obèses n’ayant pas participémais ayant les mêmes caractéristiques phénotypiques constituait le groupe témoin.

 
Ce travail amontré une amélioration significative des ALAT (-10U/l ; p=0,002), des ASAT (-5U/l; p<0,001) et de la fréquence de l’atteinte hépatique (-50%; p<0,001) après un an d’intervention par rapport au groupe témoin. Au bout de deux ans, soit un an après l’arrêt du programme d’intervention, l’effet persistait, même en cas de diminution modérée du Zscore de l’IMC entre 0 et -0,25 DS. A noter que la réduction la plus importante en terme de fréquencedeNAFLD(- 89%àunan et -94%à deux ans) a été observée chez les enfants ayant la diminution du Zscore de l’IMC la plus importante (> 0,5DS).