Accuracy of Stated Energy Contents ofRestaurant Foods.Urban L et al., JAMA. 2011;306 :287-293.

 

 

A New York, la réglementation impose aux chaînes de “fast-food”, d’afficher la valeur calorique de tous les plats. Mais l’étiquetage ne correspondrait pas à la réalité, selon une nouvelle étude comparant le déclaré au mesuré en laboratoire, par bombe calorimétrique.

 

Même si, globalement, sur les 269 produits alimentaires provenant de 42 restaurants, l’affiché n’est pas significativement différent du mesuré (+/- 10 kcal / portion, intervalle de confiance à 95%), 19% des aliments fournissaient au moins 100 kcal de plus par portion. Par ailleurs, pour les chercheurs, la variabilité nettement plus importante entre les calories indiquées et mesurées pour les aliments des restaurants classiques par rapport à ceux de la restauration rapide peut s’expliquer par la taille des portions plus aléatoire car préparée manuellement. Par ailleurs, les aliments à faible teneur en énergie étaient plus caloriques qu’affiché tandis que les aliments à teneur calorique plus élevée l’étaient moins que déclaré (p<0,001). En outre, les chercheurs notent que des plats souvent considérés comme plus sains tels que salades et soupes proposées tant par les restaurants classiques que par les “fast-food” avaient tendance à afficher des données moins fiables.

 

Les restaurants peuvent jouer un rôle important dans la lutte anti-obésité à condition que le contenu calorique indiqué soit exact, des écarts aussi grands (100 kcal) pouvant entraîner une prise de poids importante en une année.

 

 

Les auteurs concluent qu’il est très important que les aliments étiquetés “faible apport calorique” ne contiennent pas plus de calories qu’indiqué : en effet ces produits sont choisis le plus souvent par des personnes qui tentent de contrôler leur poids.