Physical activity and bone measures in young children : the Iowa Bone
development study
Janz K. F. et al - Pediatrics 2001 ; 107 : 1387 93

 

Le rôle favorable de l’activité physique dans l’acquisition du pic de masse osseuse a été bien démontré chez les préadolescents et adolescents. Mais qu’en est-il chez les enfants plus jeunes ? C’est ce qu’ont tenté de savoir les auteurs de cette étude, qui a porté sur 368 enfants de 4 à 6 ans (âge moyen 5,2 ans), en bonne santé et sans activité sportive de compétition.

L’activité physique a été appréciée par 3 méthodes : une évaluation parentale de l’activité physique, une évaluation parentale du temps quotidien passé à regarder la télévision, et une mesure directe sur 4 jours de l’activité physique en charge grâce au port par l’enfant d’un accéléromètre. La minéralisation osseuse a été mesurée par absorptiométrie biphotonique (rachis lombaire, hanche et corps entier).

Les résultats sont ceux attendus : après ajustement pour l’âge, le poids et la taille, le contenu minéral osseux à la hanche et au rachis des garçons et des filles était positivement corrélé avec l’activité physique mesurée et rapportée par les parents. Cette corrélation positive était beaucoup plus nette lorsqu’on ne prenait en compte que l’activité physique intense. Le temps passé à regarder la télévision n’était qu’une évaluation indirecte du temps quotidien sans activité physique.

Malgré son caractère transversal interdisant toute relation de causalité, cette étude est intéressante car elle a mesuré (et non pas seulement évalué) l’activité physique en charge, dont on sait qu’elle est la plus “active” sur l’os. Ses résultats suggèrent fortement le rôle de l’activité physique en charge sur l’accrétion osseuse dès le plus jeune âge, et donc un possible effet positif sur le pic ultérieur de masse osseuse.

De tels résultats doivent cependant être confirmés par des études longitudinales avant d’inciter les parents à faire marcher leurs enfants… dès la naissance !