Twelve-year course and outcome predictors of anorexia nervosa. Fichter M.M., Quadflieg N., Hedlund S. Int J Eat Disord 2006; 39 : 87-100

 

Body-Mass Index and Symptoms of Gastroesophageal Reflux in Women Jacobson BC., Somers SC., Fuchs CS., Kelly CP., Camargo CA, Jr

 

Même si la clinique le suggère fortement, cette étude avait pour but de démontrer l’influence de l’index de masse corporelle (IMC) sur le reflux gastro-oesophagien.

 

En 2000, les auteurs ont étudié dans la population de la “Nurses’ Health Study” la fréquence, la sévérité et la durée des symptômes de reflux gastro-oesophagien.

 

Sur une population globale de 10 545 femmes ayant répondu au questionnaire, 22 % (2310) avaient, au moins une fois par semaine, des symptômes de reflux gastrooesophagien et 55 % (3419) des symptômes plus modérés.

 

Les symptômes existaient même pour des IMC normaux et leur fréquence augmentait proportionnellement à l’IMC :

 

  • IMC ≤ 20 : risque relatif (RR) = 0,43
  • IMC = 20-22,4 : RR = 1
  • IMC = 22,5-24,9 : RR = 0,89
  • IMC = 25-27,4 : RR = 1,46
  • IMC = 27,5-29,9 : RR = 2,22
  • IMC = 30-34,9 : RR = 2,76
  • IMC ≥ 35 : RR = 2,81

 

La perte de poids était associée à une diminution des symptômes de reflux. Au-delà des multiples recommandations sur l’importance de maintenir au mieux un IMC normal, le confort de vie lié à la réduction des reflux se révèle un bénéfice notable. De plus, l’IMC aurait une incidence directe sur les complications du reflux, à savoir : les oesophagites et les adénocarcinomes de l’oesophage !