“Bio availability of calcium of fresh cheeses, enteral food and mineral water. A study with stable calcium isotopes in young adult women”.
Van Dokkum W. et al. British Journal of Nutrition, 1996, 75, 893-903.

 

 

Un apport calcique suffisant est indispensable à tous les âges, pour acquérir puis conserver un squelette de bonne qualité. Parmi les aliments riches en calcium, les produits laitiers apportent, dans les pays développés environ 70% de la ration calcique. Ils ne sont cependant pas toujours consommés en quantité suffisante, et ce pour diverses raisons : goût personnel, intolérances au lactose, régime hypocalorique.

C’est pourquoi les auteurs de cet article ont voulu comparer l’absorption du calcium à partir de différents aliments : fromage frais du commerce, fromage frais riche en calcium (expérimental), fromage frais riche en calcium et enrichi en fer (expérimental), solution pour nutrition entérale, eau minérale riche en calcium, seule puis accompagné d’un plat de spaghettis.

Douze femmes jeunes (âge moyen 24 ans), en bonne santé, ont toutes ingéré chacun des six “aliments” préalablement marqués par des isotopes stables du calcium. L’absorption fractionnelle du calcium diminuant avec la quantité ingérée, la quantité de chaque aliment fut ajustée de façon à apporter 150 mg de calcium.

L’absorption fractionnelle du calcium fut ensuite mesurée par méthode isotopique. Elle est comparable pour les 3 produits laitiers : fromages frais (42,2%), fromage frais riche en calcium (37,7%), fromage frais riche en calcium et enrichi en fer (38,8%). Les nouvelles technologies alimentaires ne semblent donc pas modifier la bio-disponibilité du calcium des produits laitiers ; reste à savoir si la quantité totale de calcium absorbée après ingestion d’un fromage frais riche en calcium sera supérieure ou non à celle absorbée après ingestion d’un fromage frais du commerce.

L’absorption fractionnelle du calcium à partir de la solution pour nutrition entérale est de 42,6%. A partir de l’eau minérale consommé seule, elle est de 37%, mais passe à 46,1% en cas de consommation simultanée de spaghettis. Les différentes sources alimentaires de calcium semblent donc, en terme d’absorption fractionnelle, à peu près équivalentes : libre à chacun de choisir celle qui lui convient le mieux !