Comme la majorité de fruits de mer, l’huître est riche en protéines de bonne qualité nutritionnelle (9 à 11 g/100 g de chair, soit 8 petites huîtres). Elle est aussi peu calorique (environ 66 kcal/100 g) et pauvre en lipides (1,2 à 1,8 g/100 g).

L’huître fait partie des aliments possédant beaucoup de fer héminique (5 à 7 mg/100 g) : une douzaine d’huîtres couvre 60 % des apports journaliers recommandés. Naturellement salée (250 mg de sodium/100 g de chair sans l’eau) l’huître apporte aussi phosphore, cuivre, iode et un large éventail de vitamines : A, B, C et D.

Grâce aux conditions actuelles d’élevage et aux transports rapides, on peut consommer des huîtres toute l’année, y compris pendant les périodes de reproduction (de mai à août). Elles sont alors laiteuses, c’est-à-dire plus sucrées et non pas plus grasses.

Il est indispensable de s’assurer de leur fraîcheur avant dégustation, en vérifiant, à l’achat, la date de récolte sur la bourriche et que le mollusque est vivant. A la maison, on conservera les huîtres entre 5 et 15°C, partie creuse vers le bas.