Reversal of low bone density with gluten-free diet in children and adolescent with celiac disease.
Mora S. et al. Am. J. Clin. Nutr. 1998 ; 67 : 477-481.

 

 

La maladie cœliaque est le plus souvent découverte entre 3 et 20 ans, âge où la croissance osseuse est maximale, et les entrées alimentaires en calcium et vitamine D prépondérantes pour l’obtention du pic de densité osseuse. Le niveau de ce pic, entre 20 et 25 ans, conditionne le risque d’ostéoporose après la cinquantaine.

La maladie coeliaque génère souvent une malabsorption du calcium et de la vitamine D. Les auteurs ont donc étudié la densité minérale osseuse par absorptiométrie biphotonique chez 44 malades, âgés de 2,5 à 20,5 ans, dont 25 revus un an et demi après mise au régime sans gluten.

Au niveau du rachis lombaire, la densité minérale osseuse des malades était de 5,6 % en dessous de celle des enfants non atteints. La densité minérale osseuse de l’ensemble du squelette était chez les malades significativement inférieure de 6,3 %.

Chez les 25 malades mis au régime sans gluten, et revus après un an et demi, le poids corporel passait de 28,8 kg à 31,8 kg et la taille de 127 à 136 cm. De même, la densité minérale de l’ensemble du squelette passait en moyenne de 0,869+/-0,021 g/cm² à 0,921+/-0,022 g/cm². Cette augmentation était plus rapide que celle constatée dans le même laps de temps chez les enfants non atteints.

Cette étude confirme que l’ostéoporose est une complication fréquente de la maladie coeliaque chez l’enfant et suggère qu’il suffit d’un an et demi de régime sans gluten, chez des enfants de 9 ans en moyenne, pour améliorer la densité minérale osseuse lombaire et de l’ensemble du squelette.

Ces résultats s’opposent à ceux obtenus chez l’adulte, chez qui 7 études suggèrent une amélioration modérée de la densité minérale osseuse, et 5 n’en trouvent aucune. Ceci s’explique probablement par le fait qu’il existe entre 9 et 20 ans une augmentation de la minéralisation osseuse d’environ 1 à 2 % par an, alors que chez l’adulte la densité minérale osseuse diminue en moyenne de 0,1 % par an chez l’homme et de 0,2 à 0,3 % chez la femme.