Aux USA où depuis les années 50 on était sûr de l’efficacité du fluor, l’association de supplémentations multiples (fluoration des eaux de boisson, du sel, des gommes à mâcher, gels et dentifrices) a entraîné des fluoroses dentaires. Cette situation a conduit à des recommandations limitant les apports de fluor dans les produits pour enfants et même à discuter de la légitimité de la supplémentation.

Une enquête conduite en France en 1998 chez des enfants de 12 ans, n’a trouvé que 2,75 % de fluoroses très légères ou modérées. Celles-ci étaient dues à des erreurs comme l’utilisation simultanée dans la petite enfance de dentifrices trop riches en fluor et d’une supplémentation orale double par sel fluoré et comprimés de fluor.

La quasi-totalité du fluor de l’organisme se fixe aux tissus calcifiés, osseux et dentaire, sous forme de cristaux de fluoroapatite. Le fluor s’oppose à la maladie carieuse en inhibant la déminéralisation de l’émail par les solutions acides, en favorisant sa reminéralisation et en inhibant la plaque dentaire bactérienne.

En Seine-Saint-Denis, en 8 ans, l’indice carieux est passé chez les enfants de 11 ans de 3,38 à 1,99 soit une chute relative de 41 %, le pourcentage d’enfants indemnes passant de 19 à 42 %. Depuis 25 ans, la prévalence carieuse a ainsi chuté de 50 % dans tous les pays de l’Europe de l’Ouest.

Il est donc fondamental d’assurer une prise régulière de fluor par voie orale chez le tout-petit, complétée, par la suite, par la voie locale (dentifrices fluorés). Cette supplémentation doit débuter dès la naissance. Elle sera de 0,25 mg par jour avant 3 ans, de 0,50 mg de 3 à 6 ans et de 1 mg à partir de 6 ans. À partir de 6 ans, il suffit d’utiliser un sel de cuisine fluoré. Dans les très rares régions où l’eau contient plus de 0,3 mg/l de fluor, cette supplémentation est inutile.

Les dentifrices fluorés ne seront utilisés qu’à partir de 3 et même 4 ans, le jeune enfant déglutissant jusqu’à la moitié de la pâte. Il peut en déglutir encore jusqu’à 30 % entre 4 et 6 ans. Avant l’âge de 6 ans, il ne faut donc employer que les dentifrices à faible teneur en fluor (250 ppm), en petite quantité (la grosseur d’un pois) et apprendre aux enfants à bien recracher le dentifrice.

 

Un des acquis majeurs des politiques préventives dans les pays industrialisés est bien la prévention des caries dentaires. Parmi les trois mesures proposées pour cette prévention, limitation des sucres rapides, hygiène buccodentaire et utilisation du fluor, tous les travaux s’accordent sur le rôle essentiel du fluor dans le succès observé.

 

Pr. Michel VIDAILHET
CHRU – Hôpital d’enfants,
Vandœuvre-lès-Nancy