Stéphane Blanc - Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien - CNRS Strasbourg

 

Transition épidémiologique chez les pasteurs nomades peuls au Sénégal : impact de la sédentarisation sur le mode de vie, l’alimentation, l’activité physique et le poids

 

 

Stéphane Blanc

L’axe principal de recherche de Stéphane Blanc concerne le rôle des facteurs environnementaux dans la genèse de l’obésité humaine. Il travaille sur l’hypothèse que l’incapacité à équilibrer la balance lipidique chez les obèses est essentiellement une réponse adaptative à un mode de vie sédentaire généralisé et qu’indépendamment de ses effets directs sur la balance énergétique, la quantité d’énergie dépensée en activité physique est plus importante que le type d’exercice (et/ou son intensité) pour obtenir un équilibre de la balance lipidique.

 

 

Projet de recherche «Transition épidémiologique chez les pasteurs nomades peuls au Sénégal : impact de la sédentarisation sur le mode de vie, l’alimentation, l’activité physique et le poids

 

« Manger Bouger, c’est la santé ! » est un message largement répandu, bien compris et qui semble évident. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce n’est pas aussi simple. Le rôle respectif de l’alimentation, de l’activité physique et des changements de modes de vie dans la prise de poids reste à ce jour largement débattu. Notre difficulté à comprendre les causes de l’obésité tient au fait que nous étudions le problème de nombreuses décennies après qu’il est apparu, la transition épidémiologique de nos sociétés occidentales étant terminée.

 

Nous proposons d’étudier le peuple de Peul au nord du Sénégal qui vit aujourd’hui sa transition épidémiologique. Ce peuple de nomades, connu pour partir de longs mois en transhumance est toujours en cours de sédentarisation. Ainsi, en étudiant cette population, nous pouvons à partir d’un temps zéro, étudier l’impact de changements majeurs dans les modes de vie, l’alimentation et l’activité physique sur la régulation du poids.