La prévalence des manifestations allergiques, notamment chez les enfants en bas-âge, a considérablement augmenté dans les pays industrialisés dont la France. Plusieurs études semblent lier ce phénomène à un déséquilibre de la flore intestinale endogène au cours du premier âge. Certaines bactéries probiotiques pourraient agir favorablement et participer au maintien de l’homéostasie du système immunitaire intestinal.

 

Catherine Duez et son équipe se proposent d’évaluer le rôle des bactéries lactiques, et en particulier la souche Lactobacillus casei, dans la maturation du système immunitaire et d’étudier les mécanismes impliqués dans cette modulation.

 

L’asthme allergique est caractérisé par une réponse de type Th2 avec production d’IgE, inflammation éosinophilique pulmonaire et hyperréactivité bronchique. La polarisation Th2 est fortement contrôlée par les cellules dendritiques (DC), qui possèdent un rôle clé dans le développement de l’asthme allergique.
Dans un premier temps seront analysés in vitro les effets des bactéries lactiques sur la maturation et l’activation des DC induites par l’allergène Derp1 (allergène majeur des acariens de la poussière de maison) ainsi que leur capacité à polariser une réponse lymphocytaire. Les DC seront différenciées à partir de cellules souches du sang de cordon ou à partir de monocytes du sang périphérique et seront cultivées soit seules soit en présence de cellules épithéliales intestinales (afin de recréer partiellement l’environnement intestinal). Les mécanismes mis en jeu dans la modulation de la fonction des DC par les bactéries lactiques, seront étudiés en évaluant l’expression des récepteurs nucléaires PPARg (peroxysome-proliferator activated receptor) et l’action d’un agoniste synthétique.
Dans un deuxième temps, le développement de réactions de type allergique sera étudié in vivo, dans un modèle murin, avec une focalisation sur la maturation du phénotype allergique. Les bactéries lactiques (L. casei) seront administrées par voie orale à des souris Balb/c nouveaux-nés avant la sensibilisation allergique. Le développement consécutif de la production d’IgE sérique, de la réponse Th2, de l’inflammation éosinophilique pulmonaire et de l’hyperréactivité bronchique sera évalué.

 

Ce travail permettra de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans l’effet probiotique des bactéries lactiques et d’évaluer les possibilités de développement de nouvelles stratégies visant à moduler la réponse allergique.