Martine Armand - Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM), Marseille

 

Impact de l’alimentation maternelle et de la génétique sur le capital naissance en acides gras polyinsaturés et conséquences sur le développement de l’enfant (staturo-pondéral, cardiovasculaire et psychomoteur) dans la cohorte mère-enfant EDEN

 

Martine Armand

Martine Armand est Nutritionniste (Diététicienne et PhD en Nutrition) et chargée de Recherche INSERM. Après de nombreuses années de recherche au sein de l’INSERM, elle est aujourd’hui Responsable du projet «Oméga 3, phospholipides et fonction cardiaque» dans l’équipe «Cœur/maladies cardiovasculaires» UMR CNRS 7339, CRMBM, Faculté de Médecine Timone, Aix-Marseille Université (AMU), Marseille (Directrice: Monique Bernard, DR CNRS).

 

Projet de recherche « Impact de l’alimentation maternelle et de la génétique sur le capital naissance en acides gras polyinsaturés et conséquences sur le développement de l’enfant (staturo-pondéral, cardiovasculaire et psychomoteur) dans la cohorte mère-enfant EDEN»

 

Le niveau d’exposition pré- et post-natale précoce aux acides gras polyinsaturés (AGPI) peut avoir des répercussions sur la santé de l’enfant et du futur adulte, avec notamment une implication forte dans les domaines de la croissance, du développement cognitif et de la santé cardio-métabolique. L’objectif général du projet est d’explorer cet aspect dans la cohorte EDEN* (1 900 couples mère/enfant) en croisant, par analyses biostatistiques, des données épidémiologiques déjà acquises avec des données biologiques et cliniques. La première étape est de déterminer le capital naissance en AGPI chez le nouveau-né français par analyse en CPG du profil en acides gras des phospholipides des membranes des érythrocytes du sang du cordon (tissu cible biomarqueur du statut tissulaire en AGPI), et de mettre en relation ce capital avec la santé et le développement de l’enfant de la naissance à 5 ans selon plusieurs indicateurs disponibles (croissance, surpoids, pression artérielle/paramètres lipidiques sanguins/fréquence cardiaque, évaluations cognitives). La seconde étape consiste en une approche en nutri-génétique pour évaluer les contributions respectives de la nutrition maternelle au dernier trimestre de grossesse et des déterminants génétiques impliqués dans la biosynthèse des AGPI (polymorphismes des FADSs) au capital AGPI à la naissance; la nutrition maternelle étant estimée à la fois par l’étude des consommations alimentaires déclarées et par le statut en AGPI des mères via l’analyse des globules rouges du sang prélevé au cours de la grossesse. La troisième étape consiste à explorer des marqueurs biologiques nouveaux et pertinents dans le sang du cordon (classes des phospholipides des érythrocytes dont les plasmalogènes-PC et plasmalogènes-PE) par phospholipidomique (RMN du phosphore-31).

La faisabilité de ce projet repose sur les compétences complémentaires entre l’équipe de recherche en biologie fondamentale et clinique « Cœur/maladies cardiovasculaires » du CRMBM UMR 7339 CNRS de Marseille (Martine Armand et Monique Bernard) et l’équipe spécialisée en épidémiologie ORCHAD de l’UMRS 1153 INSERM de Villejuif (Marie-Aline Charles, DR INSERM, et Barbara Heude, CR INSERM, coordonnatrices de l’étude EDEN). Les études épidémiologiques se heurtent à certains biais qui ne permettent pas toujours de conclure à des liens causaux entre une exposition et un critère de santé étudié. Dans le cadre de ce projet, les résultats attendus permettront d’apporter des arguments biologiques supplémentaires indispensables pour établir le lien causal entre les expositions nutritionnelles précoces aux AGPI (via la nutrition de la mère en prénatal et via l’allaitement en postnatal précoce pour lesquels les apports en AGPI ont déjà été déterminés) d’une part et le développement de l’enfant d’autre part. Ces arguments pourront asseoir des nouvelles recommandations nutritionnelles de santé publique destinées aux femmes enceintes/allaitant et aux nouveau-nés, et conduire vers une nutrition personnalisée (nutrigénétique) chez deux populations cibles vulnérables du fait du rôle important de la fenêtre d’exposition du début de la vie pour la santé future de l’individu.

 

* site web : https://eden.vjf.inserm.fr/