L’incidence des allergies dans les pays industrialisés augmente depuis plusieurs années et en fait un problème de santé publique. Un dysfonctionnement dans la régulation de l’équilibre des réponses des lymphocytes TH1/TH2 à des antigènes exogènes est un facteur majeur dans le déclenchement de la maladie allergique. Chez les patients allergiques, ces dysfonctionnements semblent liées, en plus des prédispositions génétiques, à une stimulation inadéquate des lymphocytes T régulateurs (Treg). Or, un certain nombre d’études montrent le rôle important de la flore initiale dans le développement du système immunitaire intestinal et, en particulier, du genre Bifidobacterium, genre dominant de la flore du jeune enfant et utilisé comme probiotique. Quatre études cliniques ont montré une relation entre l’état allergique du nourrisson et la flore intestinale montrant, entre autres, l’existence de différences quantitatives et qualitatives dans la colonisation en bactéries du genre Bifidobacterium avec une colonisation à plus faible niveau chez les enfants allergiques.

 

 

Dans un précédant travail, nous avons étudié la capacité de 10 souches de Bifidobacterium isolées de la flore fécale d’enfants allergiques et d’enfants sains à induire la production de cytokines pro- et anti-inflammatoires chez la souris gnotoxénique. Nous avons ainsi montré que la capacité des Bifidobacterium à stimuler l’immunité était spécifique à l’espèce et que leur influence sur l’orientation du système immunitaire dépendait de la souche et non de l’origine des souches.

Notre objectif est de caractériser les structures bactériennes immuno-stimulantes, notamment les motifs CpG de l’ADN qui pourraient jouer un rôle dans l’orientation TH1/TH2.

 

 

Pour cela, nous utiliserons les souches de Bifidobacterium dont l’impact sur le système immunitaire a été étudié chez la souris. Nous caractériserons la présence des motifs CpG dans différents gènes de ces différentes souches par séquençage et analyse in silico (système EMBOSS). Ces gènes seront choisis en se basant sur le génome entièrement séquencé et annoté de Bifidobacterium longum NCC2705. Les rôles immuno-stimulants de l’ADN des différentes souches de Bifidobacterium et de fragments de leur génome contenant de nombreux motifs CpG seront étudiés sur un modèle de co-culture de cellules intestinales (CACO-2 ou HT-29) et de lymphocytes humains par dosage de différentes cytokines (IFN-γ, IL-4, IL-10, TGF-β1) produites (ELISA) et de l’expression de leur gène (RT-PCR en temps réel). Leur effet immuno-stimulant sera comparé à celui d’autres structures telles que les peptidoglycanes de la paroi et des bactéries mortes.

 

 

Les résultats attendus sont une meilleure connaissance du genre Bifidobacterium, genre très hétérogène et des mécanismes par lesquels ils stimulent le système immunitaire, ainsi qu’une meilleure compréhension du rôle des Bifidobacterium dans les maladies allergiques. De plus, ce travail nous apportera de nouveaux éléments pour le développement de probiotiques ou de composés nutritionnels (oligonucléotides) qui pourraient être utilisés en prévention de l’allergie.

Ce projet fait partie d’un projet de thèse de trois ans et correspond à la deuxième année de thèse.