La nécessité d’études évaluant l’efficacité des thérapeutiques dans l’anorexie mentale est une évidence clamée par de nombreux auteurs. Certains projets ont été initiés à la fin des années 80 par des équipes anglo-saxonnes, qui ont dans ce but utilisé des instruments structurés et mis en place des protocoles standardisés. De telles études n’ont pas, à ce jour, été réalisées en France.
Nous participons à un projet qui se propose d’évaluer l’efficacité de l’adjonction systématique d’une thérapie familiale à la prise en charge de patientes anorexiques, après leur hospitalisation. Ce projet s’est heurté, lors de sa mise en place, à la carence d’outils de mesure validés en langue française, en particulier dans le domaine de l‘“Expressed Emotion” (E.E., l’Emotion Exprimée, dimension classiquement utilisée dans les études de référence sur le sujet).

 

Aussi avons nous dû construire un projet dans le projet initial : adapter en français, et valider, des instruments reconnus internationalement mais non utilisés dans notre langue et dans ce domaine.Notre travail a donc porté, durant cette année, sur une étape préliminaire indispensable à la réalisation du projet global :

 

Nous former aux instruments de mesure de référence de l’EE : FMSS, CFI, SCFI en langue anglaise, auprès des équipes ayant déjà employé ces instruments,
Les adapter en français.Estimer la faisabilité de leur utilisation dans le projet global.

 
Nous avons pu nous former à l’utilisation, puis effectuer la traduction de deux de ces instruments à ce jour , la formation au troisième étant prochaine.
Après accord du CCPRB pour l’utilisation de ces instruments auprès de patients, le FMSS est apparu d’utilisation simple et facilement accepté par les familles. Nous avons totalement rôdé notre pratique le concernant.

 
Le CFI est moins maniable, et malgré ses qualités méthodologiques, il pose la problème de l’alourdissement considérable de notre évaluation. Néanmoins son utilisation nous apparaît indispensable, car il constitue l’instrument de référence.Nous espérons que le SCFI nous apportera une simplification des procédures.

 
Au total, cette année nous a permis de réaliser la majorité de nos objectifs : adapter en français des instruments de référence de la mesure de l’EE, dimension dont l’intérêt en recherche clinique n’est plus à faire.

 
Ce travail confirme donc l’intérêt de ces instrument et l’opportunité de leur adaptation en français. Il comble une lacune, pour le domaine dans lequel nous travaillons : la carence en instruments adaptés en langue française, qui permettront de réaliser des études pouvant être comparées aux autres travaux internationaux.