Le tissu adipeux est de plus en plus considéré comme un site métabolique actif directement impliqué dans le métabolisme des lipoprotéines circulantes, d’autant qu’il possède des sites de liaison spécifique pour ces lipoprotéines. Il présente, par ailleurs, des caractéristiques différentes selon sa localisation, sous cutanée ou abdominale.

 
Ainsi, il existe un lien entre morbidité cardiovasculaire et obésité de type androïde associée à une diminution des concentrations de HDL, lipoprotéines “anti-athérogène”. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour tenter d’expliquer la diminution des concentrations plasmatiques du cholestérol des HDL dans l’obésité de type androïde. L’une d’entre elles implique la protéine de transfert des esters de cholestérol (CETP) qui appauvrit les HDL en cholestérol estérifiées et les enrichit en triglycérides. Il n’existe cependant pas de corrélation directe entre concentration de CETP circulante et de HDL-cholestérol.

 

Ceci a conduit Delphine Autran à émettre l’hypothèse d’un lieu d’action extra-plasmatique pour la CETP : le tissu adipeux abdominal. En effet, la CETP est exprimée de façon significative dans l’adipocyte humain, et il semble qu’il en soit de même pour la protéine de transfert des phospholipides (PLTP) qui agit sur l’enveloppe des HDL, constituée de phospholipides, de cholestérol libre et d’apolipoprotéines. Les protéines adipocytaires de transfert lipidique pourraient donc influencer directement la composition des HDL et agir en conséquence sur leur capacité fonctionnelle d’épuration du cholestérol, avec un effet plus prononcé et plus délétère dans le cas du tissu adipeux abdominal.

 

Les travaux de Delphine Autran ont confirmé la présence des ARN messagers de la CETP et de la PLTP dans le tissu adipeux humain sous cutané et viscéral.
La mise en évidence d’une corrélation négative entre le niveau d’expression de la CETP (même faible) et la concentration en HDL suggère la contribution de ce tissu au risque cardiovasculaire. D’autre part, le niveau d’expression de la CETP est corrélé entre les tissus viscéral et sous-cutané, ce qui permet d’envisager un mécanisme commun de régulation de la CETP dans ces deux types tissus.

 
La corrélation positive entre l’activité PLTP plasmatique et la masse adipeuse est en faveur d’une contribution du tissu adipeux au pool de PLTP circulante. Les conséquences d’un niveau élévé de la PLTP circulante sur le risque cardiovasculaire lié au métabolisme des lipoprotéines reste à explorer.

 

Afin de comparer les effets de la PLTP et de la CETP adipocytaires sur la composition et la fonctionnalité des HDL, Delphine Autran utilisera un modèle de rat qui n’exprime que la PLTP et un modèle de rat transgènique pour la CETP exprimant à la fois CETP et PLTP.
L’effet de différents facteurs de régulation sur l’expression de la CETP et de la PLTP sera étudié dans du tissu adipeux humain sous-cutané et viscéral en survie.